Vingt-quatre heures de la vie d'une femme - Stefan Zweig

Publié le par Lene

"Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée... Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez la fugitive. Ce récit d'une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs, est une de ses plus incontestables réussites."

Voila un livre dont j'entends énormément parlé. J'avais déjà découvert Zweig grâce a la lecture d'Amerigo et j'en gardais un bon souvenir alors je me suis dis pourquoi pas. Et bien je peux dire que je garderais également un bon souvenir de celui ci. Zweig a véritablement un don pour exprimer les sentiments, il trouve les mots justes, les mots exacts pour décrire le ressenti des personnages ou plutôt DU personnage. Enfin bref, un livre court et remplie d'émotions.

Sa note : 14,5/20

(J'ai hésité a le classer en littérature étrangère ou en grands classiques, ou l'auriez vous classé pour votre part ?)

Publié dans Grands classiques

Commenter cet article

rory 25/03/2009 13:55

Les livres de Zweig sont à chaque fois des petits bijoux. J'aime aussi beaucoup celui ci avec Le joueur d'echecs et la confusion des sentiments ou lettre d'une inconnue. Bouleversant!

Lene 26/03/2009 17:36


Je crois bien que Le joueur d'échecs ou la confusion des sentiments seront mes prochains Zweig !


lael 17/03/2009 16:14

à part Le Joueur d'échecs je n'ai rien lu d'autres, mais dans ma PAL j'ai la confusion des sentiments, celui ci est sur ma liste of course!!!

Lene 26/03/2009 17:38


La confusion des sentiments sera le prochain ! S'il est sur ta liste n'hésite pas, en plus il est court ;)